Ne manquez pas un article.
Souscrivez ici.

Qu'est-ce qu’un « nudge » ?


Traduit du norvégien, le terme « nudge », signifie « une légère poussée sur l’épaule ». Par extension, le terme désigne désormais l’ensemble des modifications banales et imperceptibles d’un environnement de travail, réalisées dans le but de modifier le comportement des collaborateurs dans un sens donné (cf. Alex Mucchielli, Passez au Nudge management, éd. Eyrolles, 2019).


L’expérience de référence


Le nudge, nous disent les spécialistes, est ce petit coup de pouce discret, à l’image de cette mouche gravée dans les urinoirs de l’aéroport Schiphol d’Amsterdam, pour inciter les hommes à uriner exactement dans l'urinoir. Résultat de cette « incitation » innocente : une chute de 80 % des dépenses de nettoyage… Car un bon nudge, nous dit-on encore, est un nudge qui sait rester discret, et qui plutôt qu’imposer, suggère un comportement.


En fait, que se passe-t-il dans cette expérience de l'urinoir, toujours citée dans les livres sur le nudge ? Décomposons tout le raisonnement implicite qui est fait.



L’analyse par la théorie de la cognition distribuée


Voyons comment cette expérience peut être analyser à partir de la théorie de la cognition distribuée. En effet, il y a une relation entre la théorie du « Nudge » (théorie des objets incitateurs par les « coups de pouce qu’ils donnent et la théorie de la cognition distribuée.


Dans notre culture la « mouche » est un insecte qui -comme un objet cognitif (une échelle, un marteau…) - est chargé d’un savoir culturel. Ce « savoir » est assez banal dans notre culture. Il est ainsi formulable : « la mouche est un insecte à chasser de la où elle se pose ». En effet, elle peut être porteuse de microbes puisqu’elle fréquente des excréments et diverses nourritures pour y pondre ses œufs. Toute mouche envoie donc à un humain qui se trouve à proximité d’elle une incitation à être chassée (une affordance, dit la théorie de la cognition distribuée). Dans le cas de l’urinoir de l’aéroport Schiphol, la même incitation est envoyée à l’homme qui urine. Celui-ci est d’ailleurs dans « un cours d’action » (il urine) et il va se servir de ce cours d’action pour chasser la mouche. Ainsi, il dirige son jet d’urine vers la mouche qui, en l’occurrence, n’est qu’un leurre destiné à l’empêcher d’uriner à côté de l’urinoir !


Derniers Posts