Ne manquez pas un article.
Souscrivez ici.

Passeport vaccinal : pour ou contre


Le passeport vaccinal : pour ou contre


La polémique


La polémique sur le passeport vaccinal se développe au début de l'année 2021 en Europe. Nous sommes alors en pleine pandémie mondiale de Covid-19. Des personnes se font vacciner, d'autres refusent. Des pays exigent des voyageurs ce passeport, d'autres ne le demandent pas. Le passeport vaccinal est, soit chargé d'une signification positive (il le faut pour le bien de tous), soit chargé d'une signification négative (il ne le faut pas, c'est une atteinte à la liberté). Ces significations se construisent du fait que chacun -individu ou Etat- pose ce fameux passeport dans un contexte particulier, contexte construit à l'aide de normes sociales, politiques, économiques, scientifiques ou sanitaires.


Normes évoquées par ceux qui sont favorables au passeport


Pour ceux qui demandent le passeport vaccinal les normes évoquées sont :


- la norme sociale du bien être collectif : lequel nécessite la réduction de la pandémie par la vaccination. En effet, lorsque tout le monde sera vacciné, on n'aura plus besoin de faire des tests, des gestes barrières, de s'isoler, de limiter ses déplacements... Le passeport vaccinal signera le retour à la vie normale ;


- la norme politique de la liberté d'action : le passeport vaccinal indique que la personne n'est pas contagieuse. Elle peut alors agir sans restriction et, donc, retrouver toute sa liberté (sorties, voyages, réunions, rencontres...), laquelle liberté était restreinte par les divers interdits liés au nécessaire freinage des contagions par contact ;


- la norme économique de la relance de l'économie : si la pandémie et les contraintes sociales qui lui étaient liées ont mis à mal les économies productives des pays, le passeport vaccinal permettra la reprise des activités économiques normales. Chacun pourra travailler dans sa sphère d'activité (restauration, spectacle, événementiel, tourisme...).


- la norme sanitaire de la marginalisation des anti-vaccins : ces personnes non vaccinées continueront à subir les restrictions sanitaires que le virus impose, mais elles ne perturberont pas essentiellement celles qui auront un passeport et auront retrouvé leur liberté s'action. Sans compter que l'exemple de la vie autonome des vaccinés pourraient les entrainer à se faire vacciner renforçant ainsi la sécurité sanitaire de tous.

Normes évoquées par ceux qui sont défavorables au passeport


Pour ceux qui sont opposés au passeport vaccinal les normes évoquées sont :


- la norme scientifique des effets inconnus du vaccin : l'immunité apportée par le vaccin n'est pas sûre. Les chercheurs ne connaissent pas la durée de l'immunité conférée par les vaccins. Dans ce cas il est illusoire d'avoir un passeport de vacciné car il ne prouvera pas que l'on soit redevenu contagieux :


- la norme sociale des inégalités sociales devant le cout de la vaccination : la vaccination et l'acquisition du passeport vaccinal ne sera pas partout gratuite. Certaines personnes ne pourront donc pas se faire vacciner uniquement par manque d'argent si l'Etat ne propose pas, dans le temps long, une vaccination gratuite ;


- la norme politique de l'égalité : si il y a des gens vaccinés (ayant leur passeport) et d'autres non, il est évident que les non vaccinés n'auront pas les mêmes libertés que les vaccinés. C'est anti-démocratique car cela forcera les gens à se faire vacciner et cela leur enlèvera donc leur possibilité de choix devant la vaccination :


- la norme politique de la protection des données individuelles : un passeport vaccinal portera nécessairement d'autres informations sur l'état de santé de son titulaire, sur ses antécédents médicaux, sur ses pathologies chroniques, sur ses facteurs de risques... Ce serait encore une atteinte à la liberté, un pas de plus vers la dictature médicale.


Lancez une discussion


Ecoutez parler votre interlocuteur et repérez la ou les normes qu'il met en œuvre pour formuler son jugement pour ou contre le passeport vaccinal. Si vous avez envie de le pousser dans son argumentation, mettez en avant un des jugements lié à une des normes que vous trouverez exposée ci-dessus dans la position opposée. Si cet interlocuteur est capable d'entendre un de vos arguments, s'il dit "oui, on peut penser cela..., mais moi je préfère...", alors c'est quelqu'un de raisonnable. Dans le cas contraire (il tient mordicus à son jugement et même, peut s'emporter), vous pourrez alors lancer la discussion sur : "ces gens plein de certitudes qui pensent le contraire de ce qu'il faut penser et avec qui on ne peut plus discuter...!!".

Derniers Posts

© 2023 by Kathy Schulders. Proudly created with Wix.com  

  • Grey Twitter Icon