top of page
Ne manquez pas un article.
Souscrivez ici.

Le retour de la propagande

Introduction


Dans notre « monde de communication » (réseaux sociaux, téléphones mobiles, télévision d’information continue…), nous parlons de sur-information et nous avons perdu les réflexes de penser à déceler les propagandes qui nous assaillent. Les tensions de la société française avec ses conflits politiques exacerbés, d'une part, la foule des groupes sectaires mystiques ou partisans, d’autre part, et enfin les véritables procédés russes de désinformation liés à la guerre en Ukraine, d’autre part, nous obligent à reconsidérer les communications de masse dont nous sommes les cibles : elles sont beaucoup moins informatives que manipulatrices. Il importe de nous remettre en mémoire les règles de la propagande pour mieux nous en protéger.

Les formes de la propagande


La propagande est généralement définie comme l’action exercée sur l’opinion d’un ensemble de personnes pour leur faire accepter certaines idées dans le domaine politique ou social. Les moyens employés sont essentiellement des techniques de communication. On distingue différentes formes de propagande.

La propagande d’agitation, vise à déstabiliser la vision des choses que se fait un groupe de personnes pour instiller en lui le doute, le mécontentement, voire l’indignation. Elle vise donc à créer un état d’esprit qui s’avérera réceptif aux diverses informations biaisées que la propagande d’endoctrinement et de recrutement diffusera ensuite. C’est la forme de propagande à laquelle nous sommes le plus exposés en tant qu’utilisateurs des médias.

La propagande d’endoctrinement et de recrutement, concerne toutes les activités de communication qui visent à faire connaître certaines idées et à susciter des adhésions à ces idées. puis l'intégration au groupe.

La propagande d’intégration vise à créer dans une population une unanimité de vision et d’interprétation des choses. Toutes les personnes de la population en question, penseront de la même manière, verront les choses à travers un moule identique et réagiront donc de la même manière prévisible aux événements qui pourront arriver. Cette forme de propagande vise donc à créer ce que l’on appelle un groupe idéologique cohérent. La propagande d’intégration arrive donc après la propagande d’agitation et après la propagande d’endoctrinement. Elle « verrouille » l’esprit des individus pour en faire des personnes incapables de voir, de raisonner et de réagir en dehors du système fermé dans lequel elles sont.

La dénonciation morale de la propagande


La propagande est dénoncée avec force dans les sociétés démocratiques occidentales car elle s’oppose aux valeurs de ces sociétés. En effet, la propagande vise à construire un Homme qui n’est plus libre d’esprit. Ceci s’oppose radicalement aux valeurs de libre arbitre et de liberté de pensée individuelle des démocraties. La propagande vise à souder complètement dans une même idéologie de larges populations, ceci s’oppose à la valeur d’autonomie individuelle de la personne des démocraties occidentales. Enfin, les moyens utilisés par la propagande pour arriver à ses fins sont des moyens indirects, mensongers et manipulateurs. Ces façons de faire s’opposent aux valeurs d’objectivité, de rationalité et de transparence qui sont mises en avant par tous les professionnels de l’information et des médias dans nos sociétés.

Bien entendu, la communication (au sens large), étant toujours une tentative « d’influence » d’autrui on retrouve très souvent, un peu partout, des formes atténuées des techniques de communication utilisées par la propagande (publicité mensongère, information tronquée ou sortie de son contexte, argument ad hominem, appel aux émotions... ). Mais la tentative d’influence banale, à travers les communications quotidiennes (conversation, échange d’information... ), se distingue de la propagande en ce qu’elle se fixe d’emblée une finalité sociale qui n’est pas la manipulation de l’autre, mais l’atteinte de l’accord librement consenti à des visions sincèrement exprimées.

En fait, on pourrait dire que les communications servant à la propagande ne répondent pas aux critères de l’activité communicationnelle fixée par Habermas (1999) :
1°) du point de vue des informations données, les communications de propagande ne respectent pas les normes de vérité (les informations sont biaisées ou fausses) ;
2°) du point de vue des règles morales, les communications de propagande ne respectent pas les normes de « justesse » (les référents moraux évoqués sont des leurres illégitimes) ;
3°) du point de vue des expressions, les communications de propagande ne respectent pas les normes de « sincérité » (les expressions ne sont pas « authentiques », elles sont calculatrices et intéressées).

Les différents buts concrets de la propagande


On peut répondre à la question de savoir précisément quels sont les buts de la communication de propagande (propagande d’agitation, d’endoctrinement et d’intégration), en clarifiant ses différentes cibles.

Groupes : 1 2 4 5 8 % à 5% chacun

Groupe : 3 60 % à 80 %

Répartition des opinions lors d’une campagne de propagande :

1 : militants ; 2 : sympathisants ; 3 : indifférents ;

4 : sympathisants adverses ; 5 : adversaires.


Compte tenu de ce que nous avons énoncé ci-dessus, les communications de propagande ont aussi pour objectifs :
1- de faire passer les sympathisants (groupe 2) dans le groupe des militants (groupe 1). Pour ce faire la propagande sera une propagande dite d’endoctrinement ;
2- de faire passer les indifférents (groupe 3) dans le groupe des sympathisants (groupe 2). Pour ce faire la propagande sera une propagande dite de recrutement ;
3- de faire passer la plus grande partie possible des sympathisants adverses (groupe 4) dans le groupe des indifférents (groupe 3). Pour ce faire, la propagande sera une propagande dite de recrutement ;
4- de dissocier, si possible ce groupe, en isolant ses membres, pour le rendre inopérant et sans efficacité. Pour ce faire, les activités de propagande s’apparenteront aux actions subversives.

La montée du nombre des propagandistes


Les militants politiques
Il paraît intéressant, pour un pays démocratique comme la France, d’évaluer le nombre des militants, politiques qui font de la propagande pour leurs idées. Une enquête précise, auprès d’un groupe d’extrême gauche qui s’est mobilisé pour la campagne contre le référendum pour la constitution européenne en 2005, montre qu’un tel groupe peut compter sur 25 militants fanatiques pour une grande ville et sa région de 250 000 habitants. Comptons que la grande ville comporte 5 à 6 groupes politiques. Cela fait, pour une grande ville, un minimum de 120 à 150 militants. Le phénomène du militantisme est surtout un phénomène urbain. Les gens des villages et petites villes viennent aux réunions des sections des grandes villes. Supposons, que la France soit couverte (y compris avec Paris) par 300 communautés urbaines servant de creuset au militantisme politique. Cela donne 35 000 à 45 000 propagandistes potentiels. Prenons le chiffre moyen de 40 000. Nous pouvons dire que dans un pays comme la France, il y a environ 40 000 personnes, qui se fortifient intellectuellement dans leurs idéologies à travers des séances d’endoctrinement d’intégration et qui font des activités prosélytes de propagande politique pour leurs idées.

Les sectaires
Par ailleurs, en face des militants politiques intolérants il y a les militants chauvins des très nombreuses sectes : sectes religieuses (Moon, Krishna, Heaven’s Gate, Témoins de Jéhovah, Église du Corps du Christ …), sectes de guérison (par les plantes, par la méditation, par le mental…), sectes pseudo scientifiques (Scientologie, Ordre Rénové du Temple…), sectes écologistes (Hippie, Temple solaire…). Sur la base d’un travail réalisé par des commissions d’enquête parlementaires notamment à partir des informations émanant des services de renseignement, on peut estimer aujourd’hui en France à : 500 le nombre de groupes sectaires (http://www.dramatic.fr/liste-sectes), 500 000 le nombre d’adeptes de mouvements sectaires et à 60 000 à 80 000 le nombre d’enfants élevés dans un contexte sectaire.

Les complotistes
À ces différents fanatismes il faut ajouter les nombreux membres faisant parti des réseaux complotistes : platistes, covido-sceptiques, climato-sceptiques, créationnistes, négationnistes divers (on n’a pas été sur la lune, les attentats sont des mises en scène, le sida a été créé en laboratoire, le monde est gouverné par des reptiliens ou par un réseau de pédophiles, Hitler n’est pas mort…). Ces complotistes sont plus ou moins actifs bien que certains groupes cherchent à se développer sur le monde entier comme les QAnon (des élites -people et politiques- commettent des crimes affreux et pédophiles et veulent gouverner le monde en éliminant le maximum de personnes).

Avec toutes ces personnes inspirées, non seulement on ne peut pas débattre de leurs croyances, mais encore elles essaient de nous convaincre avec leurs arguments fallacieux. Au total, nous avons autour de nous, en France, plus de 600 000 personnes qui font plus ou moins de la propagande pour leurs idées. Sur 68 millions d’habitants cela fait environ une personne sur 100 qui ne discute pas de ses convictions et essaye de diffuser son crédo.

Les techniques de base des communications de propagande


Les activités de communication de propagande sont -pour les propagandistes organisés- insérées dans des stratégies de communication et font partie de plans de communication conçus avec précision. Ces plans de communication formulent toujours :
1°) une analyse de la situation,
2°) une définition des cibles,
3°) le problème de communication à résoudre précisant les objectifs à atteindre,
4°) les axes ou orientations choisis de communication,
5°) l’ensemble des moyens de communication mis en synergie pour atteindre le but,
6°) les thèmes des contenus des communications qui seront faites.

Les règles des communications de propagande


Toutes les techniques de la communication de propagande que nous allons passer en revue combinent les cinq grandes règles énoncées par J.M. Domenach (Propagandes, 1962). On peut les repérer facilement dans les émissions radiodiffusées ou télévisées – dites « d’information » - auxquelles nous nous exposons quotidiennement.

1- La règle de la simplification : schématisation des idées, des argumentations, des images, des visions des choses, des ennemis, ... Il faut parler simplement, par slogan, par images stéréotypées ;

2- La règle du grossissement : dans la communication de propagande, tout est déformé de façon à grossir tous les traits. Pas de dentelle, du massif dans toutes les présentations. Cette règle va, bien entendu de pair, avec celle de la simplification ;

3- La règle de l’orchestration : il n’y a pas d’action de propagande isolée. Comme dit ci-dessus avec la mise en synergie des communications, toute activité de propagande se combine avec quantité d’autres dans des plans programmés. La force de la propagande a toujours été liée à l’idée de répétition, de martèlement, de saturation des esprits autour d’idées clés (S. Tchakhotine, 1952).

4- La règle de l’adaptation aux cibles : énonce la nécessité bien connue d’ajuster les communications aux différents publics (comme pour la publicité). Elle précise que les messages doivent être composés dans le langage des cibles et doivent aussi tenir compte de leurs préoccupations ;

5- La règle de la contagion émotionnelle : la communication de propagande vise à déclencher les plus possible des émotions collectives qui neutralisent la réflexion critique.

Conclusion


En réfléchissant sur ces règles, nous retrouvons quasiment toutes les caractéristiques des discours des politiciens « révolutionnaires », des syndicalistes radicaux et de tous les farouches idéologues sectaires que les divers médias inconscients et irresponsables invitent à loisir pour faire le « buzz » et développer leur audience.


Bibliographie


Domenach J.-M., Propagandes, éd. Armand Colin,1962.

Habdermas J., Morale et communication : conscience morale et activité communicationnelle, Flammarion, 1999.

Tchakotine S., Le viol des foules par la propagande politique, N.R.F., 1969.

Commenti


Derniers Posts
bottom of page