© 2023 by Kathy Schulders. Proudly created with Wix.com  

  • Grey Twitter Icon

Augmenter la confiance en soi

January 21, 2020

Voici quelques idées générales pouvant permettre un renforcement de la confiance en soi pour ceux qui manqueraient de cette confiance. La confiance en soi, comme nous allons le voir, cela se travaille : c’est ce qui permet de passer au-dessus des difficultés, des rebuffades et des échecs.

 

1- Réfléchir sur soi

 

Comme dans tout effort de développement personnel, il y a d’abord, nécessairement, une prise de conscience des éléments et des situations  qui sapent la confiance en soi. Cette prise de conscience se fait à travers une réflexion sur les frustrations éprouvées et les perturbations ressenties.

 

Cette introspection n’est pas facile. Elle peut nécessiter la présence d’une personne capable de nous aider, non seulement à élucider nos sentiments face à certaines situations, mais aussi à élucider nos propres défaillances pour affronter autrement les situations qui nous déstabilisent.

 

Cette aide psychologique peut se poursuivre par une réflexion sur les faiblesses de notre identité actuelle. Cela peut se faire à partir de l’analyse des situations problématiques : celles qui nous font perdre notre confiance. Nous pouvons alors élaborer un programme d’activités permettant le développement de la confiance. Voici comment on peut composer un tel programme.

 

2- Se fixer de petits challenges et les remporter

 

1°) Le repérage des situations difficiles

 

Dressez la liste des situations de rencontre, d'échange, de travail et de groupes de discussion que vous évitez. Dressez aussi la liste des personnes et des collègues avec qui vous évitez de discuter ou de travailler. Listez les occasions de rencontrer vos supérieurs qui se proposent à vous et que vous fuyez…

 

2°) La sélection des « challenges »

 

Choisissez dans cette liste 2 situations que vous allez affronter chaque semaine. Fixez-vous un objectif à chaque mise en situation et exercez-vous à le maîtriser. C’est la répétition de ces efforts qui va vous faire progresser.

 

3°) La réalisation des « challenges »

 

Menez au bout ce que vous avez décidé de faire dans les situations choisies.

Par exemple :

- investissez-vous dans de nouveaux projets,

- demandez un nouveau travail inhabituel pour vous,

- participez à des réunions auxquelles vous n’avez pas l’habitude d’aller, prenez-y obligatoirement la parole,

- énoncez des idées qui vous paraissent un peu « osées » (vous verrez qu’il ne se passera rien)…

 

Ce sont les efforts déployés pour réaliser ces petits challenges qui vont progressivement vous aguerrir. Il ne faut pas croire que votre personnalité est « bloquée » et que vous ne pouvez pas avancer. Au contraire, il faut vous servir de toutes les situations pour progresser.

 

4°) La persévérance et l’évaluation de vos efforts

 

Faites systématiquement pendant plusieurs mois, les exercices proposés ci-dessus. Par ailleurs, chaque semaine, sur votre agenda, notez les nouvelles situations que vous avez maîtrisées. Notez les éléments qui, pour vous, ont été déterminants dans votre réussite ou votre échec. Si vous estimez avoir échoué, replacez-vous dans une situation analogue et essayez de mieux vous en sortir.

 

Dites vous bien que vous êtes dans un cycle d’auto-formation. Vous vous prenez en main pour vous déconditionner au manque de confiance et vous prouver que vous pouvez réussir des choses inhabituelles.

 

3- Persévérer dans ces exercices malgré les réactions des autres

 

Si vous rencontrez des difficultés, des rebuffades, voire des échecs, recommencez :

  • une difficulté, c’est une banalité dans le monde personnel et professionnel. On en rencontre tous les jours ;

  • une rebuffade, c’est aussi une banalité, elle ne doit pas avoir un grand retentissement, c’est juste un mauvais moment à passer ;

  • par ailleurs et encore, un échec, c’est toujours formateur, à la condition de savoir rebondir dessus.

 

Vous devez arriver à moins ressentir les difficultés, les rebuffades et les échecs. Ils doivent devenir des éléments, certes irritants, mais presque normaux. Vous devez pouvoir les examiner avec un regard déchargé d’émotion. Ce travail de maîtrise de vos émotions est essentiel.

 

Par ailleurs, en surmontant les échecs inévitables que vous rencontrerez, vous mettrez à l’épreuve votre capacité à vous former et à avancer. Vous enclencherez alors le cycle de la confiance, essentiellement fondé sur le courage et la persévérance.

 

4- Se servir de votre entourage pour apprendre

 

Observez ceux qui ont confiance en eux.

 

Observez ceux qui savent prendre des risques calculés et qui réussissent. Regardez comment font les « gagnants », ceux qui se proposent toujours et n’ont pas peur de se lancer. Allez avec eux et regardez les fonctionner. Ils vous donneront des idées.

 

Parlez avec les gens.

 

Devant une difficulté, ne restez pas dans votre coin. Allez chercher des conseils auprès de personnes compétentes. Flattez-les un peu, elles seront ravies de vous renseigner. Demandez à des amis ou à des collègues que vous sentez réceptifs comment ils font devant telle ou telle situation.

 

Conclusion

 

Quand vous faites quelque chose, dites vous que la première condition pour réussir, c’est de croire que vous allez réussir.

 

N’ayez pas peur des moqueries. « Ah, il ne sait même pas faire ça ! » ou : "Ah, il a peur de cela !". Ces moqueries s’arrêteront lorsque les gens verront que vous réussissez.

 

« Réussir », disait Winston Churchill : « c’est aller d’échec en échec, sans perdre son enthousiasme ». Cet adage vous montre la somme de confiance en lui de celui qui accepte un tel principe comme guide de vie.

 

Cela montre aussi que chaque épreuve peut servir à affirmer sa personnalité si on la considère comme un exercice qui permet d'être plus fort.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Recent Posts
Please reload