Ne manquez pas un article.
Souscrivez ici.

Un exemple de motivation en situation



Un patron qui veut motiver ses collaborateurs


1- La situation du point de vue du patron


Jean-Pierre est responsable d’une petite entreprise de confection dans la région d'Alès. Il l'a créée de toute pièce à partir d'un atelier de sous-traitance déjà mis en place par ses parents. Il compte bien la développer et il a des idées pour ce faire. Il est centré sur ses concurrents, sur les demandes et les exigences de ses clients, sur les nouveaux articles sortant sur le marché, sur la productivité de son entreprise, sur l’embauche nécessaire d’un nouveau commercial…, ces éléments définissent sa « situation de chef d’entreprise » en regard de ses enjeux et préoccupations. Par ailleurs, la structure de son entreprise n’est pas trop pesante. Elle n’est pas rigidifiée et il peut aisément la remanier à sa guise.


Si l'on schématise dans un tableau la description de la situation de Jean-Pierre que nous venons d'avoir, nous avons le tableau ci-dessous :

Tableau schématisant la situation pour le patron de la PME


Nous voyons que la description de la situation pour ce patron, privilégie ses enjeux et ses préoccupations. Ces sont là ce que nous avons appelé des éléments immatériels et psychologiques. Mais la description est incomplète. Nous ne savons rien, par exemple, des relations qu'il entretient avec ses employés. Nous ne savons rien non plus sur les conditions physiques du travail de ses employés dans son entreprise... On peut penser que nous avons une description très partielle de la situation. C'est vrai. Mais ce qui importe, c'est que cette description nous donne une partie de la "situation de son point de vue". Cela veut dire qu'il y a de nombreux éléments objectifs de cette situation qui ne comptent pas pour lui. Nous avons uniquement, dans le tableau, les "éléments significatifs pour lui". Ils composent la définition de la situation "de son point de vue de patron".


2- Plus loin dans la description de la situation


J'ai réalisé une enquête dans cette entreprise et j'ai découvert qu'un fort sous-groupe de ses employés -qui sont des femmes- est dans une situation familiale plutôt difficile : elles ont un conjoint absent de par son travail ou totalement absent de par des ruptures familiales, un ou plusieurs enfants avec généralement un de ces enfants en bas âge et des difficultés financières liées à des emprunts et aux gardes à faire assurer. Pouvoir payer les traites et pouvoir s’occuper des enfants ou faire garder ces enfants, sont des éléments significatifs de leur univers de vie qui constituent "ce qui a de l’importance pour elles".


Ce qui leur importe de réaliser, ce n’est pas la même chose que pour le chef d’entreprise. Ces employés veulent du temps, de l’argent et des facilités pour faire garder leurs enfants. Ces éléments sont les éléments significatifs de leur situation de vie, laquelle n’est d’ailleurs pas dissociée de leur situation de travail, contrairement au chef d’entreprise.


Voyons comment on peut définir la situation vécue par ces employées.

+

Tableau des éléments de la situation intégrant le « ce qui a de l’importance »

pour les personnels à situation familiale difficile


Le patron, quant à lui, parle de ses employées d'une manière indistincte. Il ne fait pas de différence entre ses divers employés femmes ou hommes et même entre ses quelques contremaitres et les employés. Pour lui toutes ces personnes sont dans la "même situation" et il pense que tout le monde lui est reconnaissant de fournir un emploi et est satisfait de la manière dont il conduit l'entreprise. Si on veut faire un tableau comparatif pour montrer comment le patron pourrait voir la situation de l'ensemble de ses employés, nous aurions alors un tableau du genre de celui ci-dessous.


Tableau des éléments de la situation de l'ensemble des employés

du point de vue du patron


Si Jean-Pierre s’adresse à l'ensemble ses employés en faisant ressortir les éléments de la situation de l'entreprise pour lui et s'il demande en conséquence « un effort de compétitivité à tous », il parle pour lui, en référence à sa propre perception des choses.


L'effort de compétitivité demandé c'est, en effet, pour les employées femmes en situation difficile, plus d'engagement et plus de temps pour l'entreprise. L’effort, demandé en ces termes, a du sens pour lui. Or, le sous-groupe des employées dont nous parlons ne définit pas la situation comme lui. Ces employées ne vont pas attacher un sens positif à sa demande. Leur vision de la situation est tout autre. Elles risquent même de donner une signification négative à sa demande qui peut apparaître comme une nouvelle exploitation patronale leur rendant la vie encore plus difficile.


3- Vers la motivation des employées


Si le chef d’entreprise propose à ces femmes en difficulté, en échange d’un travail plus dense, d’organiser, dans l’entreprise une garderie sur mesure pour leurs enfants, sa demande aura du sens. Elle toucherait un des éléments clé de leur « ce qui a de l’importance ». Travailler comme le demande le patron, ce serait alors pouvoir être tranquillisées pour la garde des enfants et les problèmes d’argent afférents (deux significations positives). Le chef d’entreprise pourrait alors les « motiver » en faisant ressortir cet échange d’aide réciproque : vous m’aidez à sauvegarder et développer l’entreprise ; je vous aide à vous libérer de soucis pesants. Il pourrait, de même, utiliser des possibilités de souplesse sur les emplois du temps ou encore, il pourrait prévoir des primes…, ces éléments sont aussi des éléments importants pour les employées. Bien entendu, au lieu de méconnaitre leur difficultés et de les mélanger aux autres personnels de son entreprise, il pourrait aussi mieux les comprendre et mieux les considérer. La relation plus positive qu'il pourrait ainsi créer serait aussi un atout dans l'effort supplémentaire qu'il pourrait demander.


Conclusion


Les personnes, en fonction de leurs statuts différents et de leurs vécus différents dans une situation, ne perçoivent pas la situation de la même manière. En général, elles n'ont pas les mêmes enjeux. Chacun possède sa vision des choses et cette vision fait ressortir des éléments particuliers à chaque vision.


Des points de vue différents sur une situation


Si l'on veut influencer des personnes, il faut tenir compte de la manière dont ils perçoivent la situation dans laquelle ils sont et dont on va se servir pour leur faire faire quelque chose. Il faut donc oublier la manière dont soi-même on perçoit personnellement cette situation. Il faut faire un effort d'empathie pour la comprendre de leur propre point de vue.

Bibliographie.

Mucchielli Alex, 100 idées pour mieux gérer son équipe, Ellipses, 2021.

Mucchielli Alex, Les motivations, "Que sais-je ?", 8ème édition, P.U.F., 2006.

Derniers Posts

© 2023 by Kathy Schulders. Proudly created with Wix.com  

  • Grey Twitter Icon