Ne manquez pas un article.
Souscrivez ici.

Typologie des retraités


Les retraités et les personnes bénéficiant d'une pension de réversion, en France, représentent plus de 25% de la population. 1 français sur 4 est donc dans la catégorie "retraité" (presque 19 millions, contre 9,5 millions de jeunes ayant entre 18 et 29 ans, par exemple). La durée d'une retraite est d'environ 26 ans. Les études économiques montrent que ces personnes ont globalement une aisance financière satisfaisante malgré de grandes disparités (6% d'entre eux, par exemple, sont considérés comme pauvres). En l'état actuel de la société française, plus d'un tiers de ces retraités aident financièrement leurs enfants et petits enfants.


Une typologie à quatre figures


Á partir de deux dimensions ayant chacune deux terminaisons, je présente quatre types de retraités les "clubistes", les "cramponnés", les "spéculateurs" et les "réalisateurs-nounous".


Ces types "purs" sont rarement entièrement tenus par des groupes fixes de retraités, quoique chaque retraité, en vieillissant, se rapproche et s'enracine plus spécifiquement dans une de ces catégories.


De plus, certains retraités passent assez souvent d'une catégorie à l'autre. D'autres retraités encore peuvent même se situer, au début de leur retraite, un peu dans toutes les catégories. On dira alors que ce sont des "éclectiques".


La dimension : "centrés sur soi et la famille" ou "centrés sur les autres et le social"


Certains retraités restent toujours attachés à une vie sociale variée et à leurs activités passées (ils sont toujours accros à leur métier), et, d'autres, lâchent cette vie sociale, liée à leurs anciennes activités et se tournent vers leur groupe d'amis, leur cadre de vie immédiat et leur santé (ils ont lâché prise).


On peut donc considérer deux orientations d'esprit typiques de toute personne, plus particulièrement présentes chez les retraités : la centration sur les autres et le monde social et la centration sur soi, la famille et le monde affectif.


La dimension : "ça va comme cela" ou "toujours plus"


C'est, là aussi, deux orientations d'esprit antagonistes que l'on retrouve chez les retraités. Les uns ont décidé qu'ils n'avaient plus à se soucier des biens possédés et de l'argent disponible. Ils ont pris le parti de considérer que "c'était bien comme cela" et qu'ils devaient faire avec ce qu'ils avaient. Ils ne veulent plus des soucis et des luttes telles qu'elles étaient menées lorsqu'ils étaient en fonction. Ils ont "lâché prise" par rapport à leur vie antérieure. Les autres sont encore affectés par l'empreinte de leur vie professionnelle et sociale passée et cherchent à avoir "toujours plus". Certains veulent "rester dans le coup". Ils sont toujours à la recherche de l'amélioration de leurs biens et veulent maintenir leur visibilité sociale à travers leurs consommations (les consommateurs). Les autres, moins préoccupés du social, recherchent l'accroissement de leur patrimoine qu'ils pourront transmettre à leur famille (les spéculateurs).


Les deux dimensions à deux terminaisons proposées ci-dessus déterminent donc une typologie à quatre figures des retraités.


Les "clubistes" (cadrant : "ça va comme cela" et "centrés sur les autres")


Leur but est de mettre à profit leur retraite pour s'adonner avec plus d'intensité à leur hobby, à leur passion et à leur passe-temps favoris... Ils sont satisfaits de leur condition et sont amicaux et sociaux. Ce sont des "clubistes" : ils font partie de clubs et de groupes d'amis divers (clubs de randonneurs, amicales de boulistes, cercle des chanteurs, clubs de lecture ou de bridge ...). Ils organisent des visites, des voyages (des croisières), des conférences, des rencontres avec des spécialistes, des séances de sport..., pour leur plaisir personnel. Les réseaux sociaux leur servent à la recherche de nouvelles activités et à tous leurs préparatifs. Ils partagent leur plaisir avec leurs groupes d'amis lesquels peuvent être variés et se développer au gré des activités. Entre leurs diverses occupations, ils n'ont pas le temps de s'ennuyer : ils sont toujours soit à préparer, soit en action ou soit en débriefing.


Les "cramponnés" (cadrant : "toujours plus" et "centrés sur les autres")


Leur but est de montrer qu'ils "restent dans le coup". Ce sont des personnes qui ont du mal à lâcher leur métier. Lorsqu'ils le peuvent, après avoir retardé le plus possible leur départ, ils se font nommer dans des postes de représentation ou de conseiller. Avec cette orientation d'esprit ils veulent exploiter leur retraite pour profiter encore plus certes, mais aussi en même temps, montrer à tous la joie qu'ils éprouvent à occuper leur temps libre à leurs activités favorites. Ces personnes sont restées dans la mentalité qu'ils avaient dans leur métier d'autrefois. Les sports qu'ils font, comme leurs voyages, les cures... par exemple, sont des occasions de montrer qu'ils peuvent consommer pour leur bien-être. Ils cultivent leurs anciennes relations professionnelles ou connaissances. Ils sont très actifs sur les réseaux sociaux qui leur apportent une visibilité sociale un peu perdue. Ils peuvent tenir des "blogs" sur leurs connaissances professionnelles passées. Il s'agit, pour eux, d'inviter leurs relations et connaissances pour leur faire part de leurs activités intéressantes. Leurs demeures, villas, résidences..., sont sans cesse améliorées dans le but de recevoir. Les retraités, ayant le goût des aménagements intérieurs, arrangent des chambres d'hôtes, développent des gites dans leurs maisons secondaires... Ces "cramponnés" recherchent la dernière exposition, le meilleur voyage au bout du monde, l'hôtel inconnu ..., la découverte ou l'expérience dont ils pourront se vanter. Beaucoup, parmi ces retraités "cramponnés" cherchent et trouvent des petits emplois et métiers en relation avec les compétences qu'ils ont acquises. Des métiers de conseil ou de formation, par exemple. Ils peuvent créer leur auto-entreprise et ainsi continuer à avoir toujours l'impression "d'être actifs".


Les "réalisateurs-nounous" : (cadrant : "ça va comme cela" et "centrés sur soi et la famille")


Leur but est de mettre à profit leur retraite pour soigner leur cadre de vie affectif et matériel. Ils se recentrent sur leurs proches et sur leurs biens. Ils (ou elles) développent des activités dites "ménagères": ces personnes deviennent, par exemple, des bricoleurs, des jardiniers, des éleveurs, des peintres amateurs... Les petits goûts et aptitudes qu'ils avaient, au départ, pour telle ou telle activité, deviennent de véritables compétences. Ils développent ces compétences et les mettent en œuvre grâce aux réseaux sociaux et aux nombreux tutoriels qu'ils trouvent sur YouTube. De ce fait, le bricoleur (homme ou femme) maitrisant de mieux en mieux la menuiserie, finit par construire une barque pour promener ses petits enfants sur le lac ; le bricoleur, maitrisant de mieux en mieux la maçonnerie finit par construire un appentis -qui n'a plus rien d'une remise bancale- dans lequel il a réalisé un petit appartement pour ses enfants qui y viendront en vacances... Le jardinier amateur maîtrise désormais les cultures potagères et développe son verger avec des arbres donnant des fruits plébiscités par ses petits-enfants. La famille et les petits-enfants tiennent une grande place dans leurs activités. Certains deviennent de véritable "nounous" du quotidien et non pas seulement pendant les vacances. Ils accompagnent les enfants, les gardent, les sortent et les entrainent pour l'école. Le grand-père donnera des cours de bricolage ou de cuisine et la grand-mère des cours de jardinage ou de dessin.


Les "spéculateurs" : (cadrant : "toujours plus" et "centrés sur soi et la famille")


Leur but est de mettre à profit leur retraite pour valoriser leur patrimoine dans le but de l'accroitre et de le transmettre valorisé. Ils veulent, en quelque sorte : "fonder une dynastie" à leur petite échelle. Ils (ou elles) sont généralement affectés par la perte de la possibilité de faire des affaires et de gagner plus d'argent. Ils managent leur argent, font des placements, vendent et achètent dans le but d'augmenter leurs avoirs. Leur maison de vacances, leur appartement à la mer ou à la montagne..., sont aménagés et améliorés, pour être loués. Ils calculent, par exemple, qu'avec la mise à disposition d'un spa ou d'une piscine, ils pourront louer plus cher leur maison à la campagne héritée de leurs parents. Ils gèrent avec minutie leurs collections privées de tableaux, de timbres, de pièces de monnaie, de meubles anciens... Ils sont toujours au courant de ce qui se passe dans les ventes spécialisées et ils cherchent à réaliser des plus-values avec leurs propres objets de collection. Ils circulent beaucoup sur internet à la recherche des informations nécessaires à leurs projets. Lorsqu'ils ont l'occasion d'accroitre leurs revenus en exerçant un métier complémentaire en liaison avec leurs anciennes qualifications, ils deviennent des "cramponnés" qui n'abandonnent cependant pas leur attrait pour la spéculation (il y a environ 500 000 personnes déclarées cumulant emploi et retraite, et, sans doute trois fois plus de clandestins).


Les parcours et les incursions


Au début de sa retraite, comme je l'ai signalé, le ou la retraité(e) est surtout un éclectique : il se retrouve, plus ou moins, dans toutes les catégories. Puis, il évolue pour se fixer dans une des catégories.





En attendant ces ancrages, les "réalisateurs-nounous" peuvent, de temps en temps, devenir des "clubistes". Les "spéculateurs" peuvent être momentanément des "cramponnés". Certains "cramponnés" peuvent être quelquefois des "clubistes". On peut même voir des "cramponnés", subitement tout lâcher pour devenir des "réalisateurs-nounous".

Derniers Posts