Introduction d'objets incitatifs au travail


1- Première expérience : table de ping-pong, baby-foot et billard


Sur le Web on trouve des reportages qui nous disent que "des dizaines de sociétés ont investi dans l’installation de jeux collectifs pour booster la motivation de leurs salariés en améliorant l’ambiance de travail". Cette mode nous vient naturellement des U.S.A : Google, Amazone, Facebook et Apple (Jeff Jarvis, La méthode Google, 2009).


"Si on demande à un salarié de décrire son entreprise, quelle est la première chose dont il va parler à un ami ou à une personne de la famille ? L’ambiance de travail ! Et par expérience, je peux vous dire que si les locaux de son entreprise possèdent une table de ping-pong, cet élément interviendra assez rapidement dans la conversation. C’est l’effet « Whaou ! » " (http://blog.kollori.com/babyfoot-table-de-ping-pong/).


Il y a deux justifications à cet arrangement soi-disant motivant des espaces de travail : la première, nous venons de la voir : l'effet "Whaou". Cela veut dire que le jeune et nouvel embauché (de la génération Y ou Z) sera épaté par cette modernité. L'image de l'entreprise lui apparaîtra comme moderne et soucieuse du bien-être de ses employés (parce que ces jeux ne sont pas -pour l'instant- d'usage courant dans les entreprises). La deuxième justification est liée à l'évolution des attentes envers les entreprises : les jeunes générations ne se rendent plus au bureau pour travailler toute la journée mais pour s’épanouir intellectuellement, créer du lien social en se faisant des copains. Les espaces de jeux leur offrent alors des incitations facilitatrices pour arriver à ces enjeux. Nous voyons que pour susciter des réactions positives, il faut savoir répondre à des attentes.


Ainsi donc, lorsqu'une entreprise met à disposition de ses salariés un espace de jeux collectifs avec table de ping-pong, baby-foot ou billard, cette organisation particulière de l'espace de l'entreprise envoie un message aux personnels. Ce message dit quelque chose du genre : "notre entreprise se veut différente des autres en vous traitant différemment et en considérant que vous avez droit à vous détendre et à vous amuser pendant les heures de travail". Ce message est reçu à 100% par les salariés des générations Y et Z car ces collaborateurs attendent (toutes les enquêtes le montrent) qu'ils puissent faire des rencontres et se faire des copains sur leur lieu de travail. Évidemment, la génération des anciens rigole et apprécie la bonne manipulation des attentes des petits jeunes. Il n'en reste pas moins que les petits jeunes sont poussés à travailler et (en plus) qu'ils disent partout qu'ils travaillent dans une entreprise "sympa".


2- Deuxième expérience : canapé et fauteuils relax


Les canapés, dans les entreprises, sont plutôt destinés à être placés dans le hall d'accueil et dans les espaces d'attente. Les vendeurs de ces canapés nous proposent astucieusement des modèles "sobres et épurés" pour signifier le sérieux de notre entreprise ; ou des modèles "aux lignes plus chaleureuses, avec des tissus permettant d'obtenir des compositions personnalisées", signifiant à ceux qui attendent leur rendez-vous que notre entreprise a du caractère et entend les traiter avec considération. Les objets, comme nous l'avons vu avec les portes et les baby-foot, nous "parlent" en fonction de nos habitudes culturelles. Ils ont, comme l'a démontré la cognition distribuée, des "affordances".


Ainsi, un canapé et des fauteuils Relax, mis dans un bureau open space où travaillent plusieurs collaborateurs d'un Service dans une entreprise "parlent". Ils disent aux personnels : "ici, le management considère que vous pouvez vous détendre en petit groupe, quand vous le voulez...". En effet, ces meubles de salon incitent à s'asseoir avec d'autres et à faire "comme dans un salon", c'est-à-dire à entamer une conversation "de salon", qui n'a plus rien à voir avec le travail et qui permet de se détendre, de parler pour se connaître et de chercher à nouer des liens d'interconnaissance. Les spécialistes en organisation des espaces de travail savent que ces moments de détente offerts aux salariés vont favoriser leur productivité au travail. Les mesures et les enquêtes là-dessus sont formelles : aménager les espaces de travail pour montrer aux collaborateurs que l'on se soucie de leur bien-être les pousse à s'engager davantage dans leur travail (Céline Tixier, Repenser votre espace de travail. L'aménagement comme outil de management, 2011) .


J'ajouterai que les aménagements des espaces de travail pour favoriser le bien-être doivent se faire avec la participation et les idées des collaborateurs. "Dites donc, j'ai vu chez XX qu'ils avaient installé un coin discussion près de la machine à café... Et si on se mettait un canapé là avec des fauteuils... ? Oui, plutôt comme ça..., et avec des plantes vertes... , c'est une bonne idée... ! ". La manipulation, car il s'agit d'une manipulation utilisant les normes et les habitudes sociales, doit se faire avec le plus d'habileté possible.


3- Les leçons à retenir


C'est très clair : tout objet ou dispositif inhabituel et qui relève d'un autre univers que celui du travail, lorsqu'il est importé dans une situation de travail, crée une incitation à se comporter comme dans l'univers d'où l'objet ou le dispositif provient.


Un baby-foot incite à être heureux comme un enfant qui y joue..., un canapé, incite à la détente comme dans un salon particulier de discussion... En conséquence de tout cela, les designers travaillent à "des objets insolites qui vous donnent envie de travailler" (tapez sur le Web, "objets insolites", vous allez en voir !!).

Mots-clés :

Recent Posts

© 2023 by Kathy Schulders. Proudly created with Wix.com  

  • Grey Twitter Icon