© 2023 by Kathy Schulders. Proudly created with Wix.com  

  • Grey Twitter Icon

Développez votre « social learning » personnel

February 3, 2017

A coté du social learning que l'on trouve dans les formations à distance, il y a le votre, celui que vous mettez vous-même en œuvre. C'est de celui-là dont nous allons parler.

 

Définition

Le « social learning » c’est tout ce que l’on apprend à travers les interactions avec les personnes de son entourage social. On voit, on écoute et on en tire des leçons et, surtout, on imite.

 

C’est ainsi que les enfants apprennent le plus, à l’école avec leurs camarades comme dans leur famille et dans la vie quotidienne. Notre capacité de social learning a été altérée par nos longues périodes d’apprentissage scolaire et de formation intellectuelle. Il s’agit d’en retrouver quelques opportunités. Ce « social learning » mène, de nos jours, avec le développement des NTIC, aux réseaux sociaux et aux « communautés de pratiques » qui développent un « apprentissage collaboratif ». Toutes ces techniques d’apprentissages variés sont sollicitées dans les entreprises pour favoriser les innovations et lutter contre les pesanteurs structurelles du "système".

 

Dans votre milieu de travail, le « social learning » personnel, c’est tout ce que vous apprenez à travers les interactions avec les personnes de votre entourage, que ce soit vos hiérarchiques, vos pairs, vos collaborateurs, vos partenaires ou vos clients. Il s’agit aussi bien d’un apprentissage implicite : inconsciemment, vous allez imiter, comprendre des choses, retenir des leçons.. ., que d’un apprentissage volontaire : vous vous mettez dans des situations où vos observations, vos échanges, vos participations..., vont vous enrichir de savoir penser et de savoir-faire.

 

Pour maximiser votre social learning

 

1- Ouvrez vous à l'environnement : l’idée est de ne pas rester centré sur les livres, le savoir formel apporté par des formateurs ou des cours... Il s’agit de s’ouvrir à l’environnement immédiat et aux acteurs qui y agissent et de faire ceci  avec une attitude d’intérêt et de curiosité. Il faut se dire : « ces personnes ont des savoirs faire et des compétences cachés et ils peuvent m’apporter quelque chose si je regarde bien ».

 

 

2- Observez les gens autour de vous : qu’est-ce qu’ils réussissent bien tout naturellement ? Quelles sont leurs « routines de fonctionnement » qui sont payantes ? Celui-ci sait se rendre sympathique, comment fait-il ? Celui-ci sait se faire écouter : comment s’y prend-t-il ?

 

Celui-ci sait éviter les foudres de sa hiérarchie : quel est son savoir-faire ? Celui-ci se met toujours bien avec les secrétaires et le petit personnel et obtient beaucoup d’eux, comment fait-il ? L’observation, menant à l’imitation, est à la base même du concept d’apprentissage social. Il faut se rappeler que les enfants apprennent énormément à travers l’apprentissage social. Il s’agit donc de revenir à une de nos sources de formation, en redevenant curieux de tout ce qui nous entoure.

 

 

 

3- Ecoutez les autres : oubliez que vous avez des choses intéressantes à dire, que vous voulez faire connaître vos succès ou vos idées géniales... Branchez-vous sur les autres, dans ce qu’ils disent passent des perles de savoir que vous pouvez saisir. Ils vous donneront, sans le savoir, des concepts dont vous pouvez faire votre profit. Ces « concepts » ce sont des mots ou des expressions qu’ils ont créés pour désigner des phénomènes dont vous n’imaginiez même pas que l’on puisse en faire des catégories d’observation ou de penser. Ils vous donneront aussi quelques recettes de conduite, de réaction et de savoir-faire, car ils décriront certaines de leurs succès ou de leurs échecs.

 

4- Discutez en questionnant : après avoir écouté, vous pouvez rentrer dans un échange avec vos interlocuteurs. Quelques questions bien posées vous feront mieux comprendre leurs « trucs » pour résoudre telle ou telle situation...

 Chercher à discuter avec des personnes qui n’ont pas les mêmes expériences ou les mêmes formations que vous. Ils n’ont pas le même regard que vous sur les situations et les problèmes. Ils vous apporteront des idées neuves tirées de leurs points de vue différents. Ils vous feront penser à des solutions inédites, ils vous ouvriront des pistes d’actions nouvelles...

 

5- Participez à des petits groupes de réflexion hématique : il est bien connu que la confrontation des idées entraine des avancées. Le débat, lorsqu’il se déroule dans un climat de confiance, génère de la créativité. Une idée, sa critique, sa contre critique..., entraine souvent une synthèse supérieure qui est une innovation intellectuelle. Une expérience concrète, sa déconstruction, sa contradiction..., amène aussi à des innovations pratiques. C’est un peu le principe du brainstorming. Le « groupe », dont il est question dans ce conseil, peut-être, et c’est le plus pratique, un groupe de quelques personnes de confiance rassemblées, impromptu, et disposant d’un petit moment pour parler librement. Il peut s’agir aussi d’un blog que vous tenez avec des personnes désireuses, comme vous, de s’enrichir en discutant.

 

6- Bloguez sur le web et discutez sur les forums de votre intranet : de l’observation, qui est la source première de l’apprentissage social, nous arrivons, via les échanges et les discussions en petits groupes, aux « réseaux sociaux ». Leur gratuité et la liberté de ton qui y est habituelle, favorise les échanges d’expériences. La facilité d’assimiler les idées émises par les compères blogueurs est liée au fait que celui avec qui on échange n’est pas un « professeur », c’est-à-dire une autorité du savoir qui nous injecte ses connaissances. Nous sommes d’emblée bien disposé à entendre ses propositions, puisqu’il est notre égal. Bien entendu, comme dans la fameuse encyclopédie Wikipédia, peu de choses garantissent ses bons conseils et sa bonne foi. En tout cas, de nombreuses grandes entreprises ont mis en place des blogs et des forums pour développer cet apprentissage social entre leurs membres et aussi pour créer des « communautés de pratiques». De telles communautés marchent très bien chez les informaticiens, par exemple, qui échangent sur des sites dédiés leurs découvertes et leurs astuces. On arrive alors plutôt à un « apprentissage collaboratif » qui est assez éloigné du social learning originel.

 

Conclusion

Pour développer ces apprentissages personnels il faut certes, être ouvert et attentif au monde environnant.  Mais il faut aussi laisser de coté une attitude défensive de méfiance envers autrui, de critique et de scepticisme envers les idées des autres. En faisant ces efforts, on développe aussi ce que l'on appelle "l'intelligence émotionnelle", c'est-à-dire une aptitude intuitive à saisir ce que veulent dire les attitudes et les conduites des autres.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Recent Posts
Please reload