© 2023 by Kathy Schulders. Proudly created with Wix.com  

  • Grey Twitter Icon

L’émergence du sens : une expérience d'éthologie

December 27, 2016

On finit par croire que ce que l'on dit ou que ce que l'on écrit est compris de la même façon par nos interlocuteurs. On pense généralement qu'ils donnent le même sens que nous à nos propos ou à nos actions. Nous sommes surpris lorsque nous découvrons qu'ils ont interprété à leur manière ce que nous voulions dire. C'est que nous oublions que le sens de ce que nous disons ou de ce que nous écrivons n'est pas dans les propos ou les mots utilisés. Le sens est une construction. C'est ce que confirment les expériences que nous allons rapporter.

 

Une expérience dans un contexte de coopération

 

Les éthologues B. Hare et M. Tomasello (1), font l’expérience suivante : ils cachent une friandise dans une boite (étanche aux odeurs), qu’ils disposent à coté d’une boite identique. L’épreuve, pour les animaux, consiste à trouver la cachette, non pas au hasard, mais à l’aide d’une indication de l’expérimentateur qui désigne la bonne boite du doigt, d’une inclination de la tête ou encore en tournant son regard dans sa direction.

 

Un bébé humain de 14 mois arrive toujours à réussir ce type d’épreuve. Les chiens (et aussi des chiots de 9 semaines, non initiés à la communication humaine), réussissent toutes les épreuves du premier coup sans entraînement ni dressage. Ils arrivent même à ne pas tenir compte du regard de l’expérimentateur si celui-ci regarde trop haut pour pouvoir désigner la boite ou s’il marche dans une direction opposée, tout en désignant la boite de la main gauche, alors qu’elle se trouve à droite. Les chimpanzés ne réussissent pas ces épreuves. La conclusion des éthologues est frappante.

 

« Ce n’est pas que le chimpanzé ne voit pas l’homme montrer la cachette du doigt, mais il ne comprend pas le sens du geste : il n’a pas l’idée que l’on puisse l’aider à trouver. Dans la vie sauvage, un chimpanzé ne pointe jamais du doigt un objet pour le montrer à un congénère : il pourrait le faire physiquement mais il n’en voit pas l’intérêt. Le chiens sont sociaux et amicaux, les chimpanzés sont plus intelligents mais plus individualistes, plus portés sur la compétition que sur la coopération ».

 

Bien entendu, le chien comprend le sens du geste car, depuis des millénaires, il vit un processus de domestication et développe ses aptitudes à s’insérer dans le monde de la communication et de la coopération avec l’homme. Dans ses gènes (sans doute), comme dans ses habitudes apprises (plus certainement), il sait ce qu’est la coopération avec l’homme. La non compréhension par le chimpanzé du geste de coopération demandé, à cause de l’impossibilité de lui donner une signification, est confirmée par d’autres expériences.

 

Une expérience dans un contexte de compétition

 

Ces autres expériences se font dans une ambiance de compétition. Le but d’un jeu est de saisir le premier un objet convoité. Dans une des épreuves, l’expérimentateur est bloqué par une cloison et il tend le bras, à travers un trou de la cloison vers un seau qui contient l’objet. Le seau ne peut être cependant atteint.

 

Le chimpanzé comprend alors tout de suite que l’objet est dans le seau et s’en empare. Le geste de l’homme, dans le contexte habituel de la compétition pour la nourriture, prend un sens : ce geste est fait pour atteindre l’objet, et, donc, l’objet est dans le seau. 

 

L'importance du contexte de référence

 

Le sens de quelque chose (d'un discours, d'un texte, d'une image, d'une conduite, d'un geste, ...), portée par quelque chose (un discours, un texte, une image, une conduite, un geste...), n’existe donc que par la mise en contexte faite par les personnes concernées par sa réception.  L’attention doit donc porter, non pas sur l’information elle-même (son contenu, sa forme,...) et sur ses réseaux de diffusion (les supports matériels de sa diffusion), mais sur les opérations de contextualisation qui vont mener à la prise de sens.

 

Nous pouvons dire que le sens naît donc toujours d’une confrontation de l’activité humaine à des éléments du contexte. Il est toujours issu d’une contextualisation de quelque chose par quelque chose d’autre. Ainsi, l’interprétation permettant d’arriver au sens trouve ses racines dans les processus de mise en rapport avec les éléments d'un environnement ou d'un contexte. La mise en contexte par rapport à une situation de référence peut être différente pour les différents participants à la situation et de ce fait, les significations qui vont émerger, seront aussi différentes.

 

 

(1) Behavioral genetics of dog cognition: human-like social skills in dogs are heritable and derived.  The Dog and its Genome (Ed. by E. Ostrander, U. Giger and K. Lindblad-Toh), pp. 497-514. Cold Spring Harbor Laboratory Press: New York, 2006.  

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Recent Posts
Please reload